Et TAC

La compagnie

"Il faudrait savoir à la fin

si c'est à nous autres écrivains

de suivre les règles ou aux règles de nous suivre."

Laurence Sterne

Au début il n'y a pas grand-chose. Un salon un peu grand, oui c'était le temps des colocations, un espace vide qui demande à être remplis, et puis, tac tac, on travaille, on joue, en gros, on fait du théâtre.

 

On fait avec ce que l'on trouve, les objets autour de nous par exemple, ils ne coutent pas cher et il n'ont pas de congés payés. On prend une chaise, une table et, tac tac, soudain le comédien hurle :

« J'arrive pas à jouer assis !! »

Alors on recommence, tac tac, on enlève la chaise.

 

On respire, on transpire, le cœur fatigue, parce que l'on bouge. La metteure en scène hurle :

« Tu gesticules dans tous les sens, on comprend rien !! »

Peu à peu le geste s'affine, la voix s'éclaircit et, tac tac, on change d'idée, on commence par la fin, parce qu'il n'y a pas de règlement intérieur.

 

Des copains nous rejoignent avec leurs univers, leurs compétences.

On leur montrent une scène. Ils ne sont pas convaincus.

C'est l'histoire de la mort d'un chien. C'était le chien du comédien, c'est important.

Donc on retravaille, les idées s'enchaînent comme les objets made in china sur le tapis roulant d'un supermarché.

 

Finalement on prend une pause tous ensemble, on réfléchit.

On pense à notre école, l'école de mouvement à Bruxelles, on pense aux formations avec Christian Carrignon, Katy Deville et Agnès Limbos, nos monstres sacrés du Théâtre d'objet. On partage nos expériences, nos savoir-faire différents et puis nos souvenirs plus intimes.

 

On reprend, on part sur autre chose, juste pour voir. Dix minutes sont passées, c'est plus pareil.

 

On cherche, on montre à ceux qui ont plus d'expériences, on demande de l'aide, on écoute. Et puis finalement, tac tac, une grand-mère est représentée par un T-rex en plastique assoiffé de sang, des supporters de foot par des couverts en plastiques, la région picarde devient un champ de bataille où les soldats de la Première Guerre se battent clous à clous.

 

TAC TAC une compagnie de théâtre est née ;

 

L'équipe

Clément Montagnier :   directeur artistique

Clément découvre le théâtre lors d'un stage sur le masque (commedia dell'arte) organisé par la compagnie La Licorne, Dunkerque (59). Il poursuit sa formation par un stage de masque d'un mois avec Christophe Patty et Étienne Champion en 2011. Il décide alors d'arrêter ses études de philosophie et de se plonger dans le théâtre. Il part à Bruxelles suivre l'École Internationale de Théâtre LASSAAD. L'école terminée, il continue de se former dans d'autres univers d'enseignement mais toujours sur le jeu d'acteur. C'est au cours d'un stage avec Christian Carrignon et Agnès Limbos qu'il découvre le théâtre d'objet. Une nouvelle porte est ouverte durant ce stage, et il se prend de passion pour cette forme théâtrale contemporaine. Il fonde avec Isabella Locurcio la compagnie TAC TAC.

C'est alors qu'est né le premier spectacle de la compagnie RESPIRE, Picardie forever.

Isabella Locurcio :          comédienne, metteur en scène

De 2006 à 2009, Isabella participe à un travail de recherche et d’improvisation physique en vue de la création du spectacle R&J links produit par le Teatro Stabile de Turin.

En parallèle, elle suit un atelier de théâtre pour adolescents qui aboutit à la création du spectacle Il Libro della Giungla joué à maintes reprises à La Casa del Teatro Ragazzi e Giovanni. Elle est ensuite engagée comme comédienne pour la création de Mère–Fille, spectacle jeune public de la compagnie Anteprima ainsi que pour Blue Lights, performances collectives dirigées par Kamel El Basha, au Palestinian National Théâtre (Jérusa­lem). De 2011 à 2013, Isabella suit la formation de l’École Inter­nationale de Théâtre LASSAAD à Bruxelles. Elle travaille aujourd’hui ses propres créations. Elle est metteur en scène et comédienne de la création Boucherie Intime, second spectacle de la compagnie. Depuis septembre 2014, elle continue à se former; elle suit un stage d’improvisation avec Yves Roffi ainsi qu’un workshop avec Mario Biagini et les membres de Open Program ‐ Work­center of Jerzy Grotowski and Thomas Richard.

Collaborateurs

Aurélia Monfort :           comédienne, metteur en scène, auteur

Diplômée de l'Ecole Internationale de Théâtre LASSAAD à Bruxelles, elle s'est également formée au clown, à la marionnette et au théâtre d'objet. Elle a notamment travaillé avec la compagnie OCUS, Rennes (35).

La mise en scène et la direction d'acteur représentent un axe important de son parcours.

Son travail s'inscrit dans un souci de haute qualité scénique mais aussi d'accessibilité et de partage avec le public. En 2013, elle fonde la compagnie la cour des possibles (Belgique), au sein de laquelle elle participe à l'écriture, à la création et à l'interprétation de plusieurs spectacles de Théâtre de rue.

Aurélia participe à la première création de la Compagnie TAC TAC en réalisant la mise en scène du spectacle RESPIRE, Picardie forever qu'elle interprète aux côtés de Clément Montagnier.

 Nicola Dinelli :             ingénieur son, création sonore

Il s’intéresse activement au monde de la musique, particulièrement à la musique électronique/ambient. Après deux ans passés à l’université de Pise, il décide de se dédier entièrement à la musique et en novembre 2014 il est admis au Studio Musiclab de Turin. Il réalise du mixage et de la production audio et fait des enregistrements live pour des groupes de genres différents. Il effectue également un stage au théâtre Casa del teatro Ragazzi e Giovani de Turin où il s’occupe du son, des lumières et de la scénographie.

Après avoir obtenu le diplôme d’ingénieur du son en juillet 2015 et sentant la nécessité de se dédier de manière plus active à la production musicale, Nicolas entre dans la section de Musique électroacoustique, section Composition acousmatique, du Conservatoire Royal de Mons en Belgique. Nicolas réalise la bande son du spectacle Boucherie intime.

Laurane Pardoën :      comédienne, assistante à la mise en scène

Laurane Pardoën suit pendant trois ans les cours d'art dramatique de Jean-Louis Bertsch au conservatoire de Roubaix (59). En 2008, elle rejoint la compagnie Mêlant jeux d'elles en tant que régisseuse puis comme comédienne. En 2010, elle se dirige vers le théâtre et la méthode de travail russe. Elle réside durant neuf mois en Biélorussie, à Minsk, et participe à la Masterclass pluridisciplinaire, Demain le printemps

À son retour, riche de cette expérience, Laurane s'installe à Bruxelles et entre à l'Ecole Internationale de Théâtre LASSAAD. Choix qui découle de la curiosité à confronter les théâtres et ses enseignements : de Stanislavski, Mickael Tchekhov à la pédagogie du corps poétique et du mouvement de Jacques Lecoq.

À la sortie de l'école, Laurane s'associe à Claire Meillier afin de créer le spectacle Les Dévoyées présenté au Cocq'Art Festival, au Théâtre Marni (Bruxelles) à Exquisse Festival (France). En 2015, elle assiste Isabella Locurcio à la mise en scène du spectacle Boucherie intime. Elle entreprend également la création du spectacle À ma mer qu'elle écrit, met en scène et interprète. 

 Judith Bouchier-Végis :   comédienne, musicienne

Judith se forme dans divers domaines et notamment la musique. Passionnée par le théâtre, elle travaille notamment avec la compagnie Anteprima. Elle décide par la suite de se former à l'École Internationale de Théâtre Lassaad. Les études terminées, elle décide de monter sa propre compagnie. La Compagnie Filalo ! propose un théâtre de création qui s’appuie sur plusieurs médiums artistiques ; principalement le mouvement et la musique mais il peut faire appel à la poésie, la littérature, la danse, la vidéo, la photographie, aux arts-plastiques et aux arts du cirque. Un théâtre qui veut parler de l’humain dans son aspect le plus sincère, le plus fragile ou le plus touchant. C’est un travail et une recherche artistique qui appelle le collectif, l’échange, le partage et la réflexion. Au sein de la compagnie TAC TAC, Judith participe à la forme courte 22 Mars-diptyque d'une panique.

 Marie Carrignon :        régisseuse

Suite à deux ans d’études d’analyses cinématographiques à l’université Paris 8, Marie entre à l’EICAR, Ecole des techniques du cinéma. Là, elle s’intéresse et se spécialise dans la lumière. Depuis, elle a travaillé en tant qu’électricienne et chef électricienne dans l’audiovisuel, sur des clips et des courts métrages. Aujourd’hui, elle souhaite élargir son domaine de compétence à celui de la lumière théâtrale. Elle travaille avec le Théâtre de Cuisine sur de la régie plateau et de la création lumière. Ses collaborations avec la cie TAC TAC débutent avec Voyage en Abattoir et se poursuivent avec la création Nos Fantômes.

Thomas Michel :          vidéaste

Né en Normandie, bruxellois d’adoption, il étudie la vidéographie et la sculpture, avant de se tourner vers le cinéma engagé. Passionné par le documentaire, il est membre de Zin TV, une web-TV basée à Bruxelles, qui mélange cinéma et journalisme pour couvrir l’actualité des mouvements sociaux. En 2018, il co-réalise Venezuela, en temps de guerre, film qui dépeint un type de guerre non-conventionnelle actuellement en cours au Venezuela. Dans l’ensemble, son travail cherche à faire des liens entre le politique et l’artistique. Au sein de la compagnie TAC TAC, il crée la vidéo sur le spectacle Nos Fantômes.

 

Hélène Arnaud :         dramaturge

Hélène Arnaud est une amoureuse des mots. Lettres, musique, théâtre et danse composent sa formation.Elle fonde la cie L’ARPENTEUR pour répondre au vif désir de réunir des artistes sur des projets singuliers. Au sein de L’ARPENTEUR, elle met au centre de ses préoccupations l’acteur et l’écriture. Toutes les écritures. L’acteur y est souvent confronté à de nouveaux matériaux comme l’image vidéo, le dessin ou explore de nouveaux terrains de jeux comme la danse, et l’objet.
Sensible aux écritures plastiques et poétiques contemporaines, elle s’attache à défendre des démarches singulières questionnant la notion de représentation et notre rapport à la langue.
Sa dernière création les fenêtres servent-elles à regarder dedans ou dehors ? est un poème visuel à partir de l’œuvre d’aNNe herbauts.
Également sollicitée par d’autres artistes, elle collabore régulièrement en tant que metteur en scène, dramaturge ou auteur au sein de compagnies de la Région PACA.

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now